Publié le 22 Juin 2020

ALSACE – GARD 2020 : Etape 3

3ème étape : le lundi 22 juin :

Vallée de la Loue – Le Haut Jura

Mouthier-Haute-Pierre (25) – Lajoux (39) :

Programmé : 134 km – 2151m D+

Réalisé : 134 km – 2170m D+

Nous avons eu de la pluie toute la matinée mais l’après-midi le soleil était de retour. Le Vendéo-jurassien Maxime Chauvet nous a rejoint sur le parcours et nous a accompagnés jusqu’à l’arrivée à Lajoux. Il a parcouru 110 Km. Lors de cette étape nous sommes passés en Suisse et nous avons longé le Lac de Joux. Le Jura était magnifique avec les prairies de gentianes et les nombreux troupeaux de vaches.

ALSACE – GARD 2020 : Etape 3
ALSACE – GARD 2020 : Etape 3
ALSACE – GARD 2020 : Etape 3
ALSACE – GARD 2020 : Etape 3
ALSACE – GARD 2020 : Etape 3
ALSACE – GARD 2020 : Etape 3
ALSACE – GARD 2020 : Etape 3
ALSACE – GARD 2020 : Etape 3
ALSACE – GARD 2020 : Etape 3
ALSACE – GARD 2020 : Etape 3
ALSACE – GARD 2020 : Etape 3
ALSACE – GARD 2020 : Etape 3

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #Alsace - Gard 2020

Repost0

Publié le 21 Juin 2020

ALSACE – GARD 2020 : Etape 2

2ème étape : le dimanche 21 juin :

Ballon d’Alsace – Vallée du Doubs

Saint-Maurice-sur-Moselle (88) – Mouthier-Haute-Pierre (25) :

Programmé : 165 km – 2032m D+

Réalisé : 171 km – 2008 D+

Aujourd’hui nous avons fait une belle étape, longue et avec un beau soleil tout le long.

Après un départ montagneux et les 10 km de montée au col du Ballon d’Alsace, nous avons rejoindre la vallée du Doubs. Nous avons roulé sur une partie de l’EuroVélo 6, la voie verte "la route des fleuves" sur 30 km entre Appenans et Baume les Dames.

Le col du Ballon d'Alsace.

Le col du Ballon d'Alsace.

Belle voie verte, l'EuroVélo 6.
Belle voie verte, l'EuroVélo 6.
Belle voie verte, l'EuroVélo 6.
Belle voie verte, l'EuroVélo 6.
Belle voie verte, l'EuroVélo 6.
Belle voie verte, l'EuroVélo 6.

Belle voie verte, l'EuroVélo 6.

Lods, village classé.
Lods, village classé.
Lods, village classé.

Lods, village classé.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #Alsace - Gard 2020

Repost0

Publié le 20 Juin 2020

ALSACE – GARD 2020 : Etape 1

1ère Etape : le samedi 20 juin :

Ballon d’Alsace – Massif des Vosges

Sainte-Croix-aux-Mines (68) – Saint-Maurice-sur-Moselle (88) :

Programmé : 119 km – 2904m D+

Réalisé : 94 km - 2250m D+

Nous n’avons fait ni la route des vins, ni la route des crêtes. Bernard avait choisi de nous tracer le circuit dans la montagne avec la traversée du Parc des Ballons par les cols. Nous avons eu une belle matinée mais en début d'après-midi le mauvais temps est arrivé et nous avons été obligés d'écourter notre étape car nous étions sous le déluge.

Eric Augereau n’a malheureusement pas pu être au départ ce matin.

Notre étape.

Notre étape.

Munster.
Munster.

Munster.

Sous le déluge.
Sous le déluge.
Sous le déluge.
Sous le déluge.
Sous le déluge.

Sous le déluge.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #Alsace - Gard 2020

Repost0

Publié le 14 Juin 2020

Il gagnait avec panache !

Thierry BARRAULT :

Thierry Barrault est né le 3 juillet 1960 à Poitiers, il est décédé d’un A.V.C. le 15 juillet 2014 à seulement 54 ans.

De 1976 à 1982, il était à l’U.V. Poitevine (Poitiers 86) le club de Grain et Currit, de 1983 à 1986 au club du VC Roubaix, un an chez les amateurs avec Philippe Delaurier avec lequel il participe à des courses internationales et trois ans chez les professionnels de 1984 à 1986 puis il revient chez les amateurs de 1987 à 1990 au club parisien de l’A.C. Boulogne Billancourt et termine sa carrière en 1990, à seulement 30 ans.

Il avait une belle allure sur le vélo, il pédalait en souplesse sans à-coup et sans déhanchement mais il ne se regardait pas pédaler, il faisait la course.

Il adorait les classiques parisiennes. Il est passé professionnel à La Redoute-Motobécane en 1984 avec les spécialistes Alain Bondue, Jean-Luc Vandenbroucke et Stephen Roche comme leader. Il a été un bon professionnel.

Voici quelques bons résultats :

En 1982

Vainqueur du Grand Prix des Marbriers.

Deuxième de Paris-Montargis derrière Allan Peiper.

Deuxième de Paris-Mantes derrière Philippe Lauraire.

Troisième de Jard-Les Herbiers derrière Christian Poirier et Richard Tremblay.

En 1983

Vainqueur du Grand Prix l’Equipe et CV 19ème.

Deuxième de Paris-Rouen derrière Jean-Jacques Philipp.

Troisième de Paris-Fécamp derrière Pascal Campion et Jean-Louis Conan.

En 1984 (Professionnel à la Redoute-Motobécane).

Le 7 avril 1985, l’édition du Tour des Flandres se déroule dans des conditions climatiques extrêmes, les pires jamais connues sur l'épreuve selon les anciens ébahis par la performance du jeune Eric Vanderaerden. Sur les 179 coureurs au départ cette année-là de Saint-Nicolas, ils ne seront que 24 à l'arrivée. Sous des trombes d'eau glaciale, le champion de Belgique réalise un exploit qui le fait entrer directement dans la légende à l'image de la victoire de Bernard Hinault à Liège sous la neige en 1980. Deux français seulement termine la course, Thierry Barrault (La Redoute), à la 19ème place et Gilbert Duclos-Lassalle (Peugeot) à la 23ème place.

En 1986, il termine troisième du Grand Prix de Plumelec derrière Gilbert Duclos-Lassalle et Rudy Rogiers.

En 1987 (Retour chez les amateurs).

Vainqueur de Manche-Atlantique.

Vainqueur de Paris-Barentin.

Vainqueur de Paris-Epernay.

Vainqueur du Tour de Saône et Loire.

Deuxième de Château d’Olonne-Cholet derrière Thierry Richard.

Troisième de Paris-Montargis derrière Candido Diaz et Dominique Poirier.

En 1988

Vainqueur de Nantes-Segré.

Vainqueur de Paris-Connerré.

Deuxième du Championnat d’Ile de France derrière Philippe Hardy.

Deuxième de Paris-Montargis derrière Jean-Claude Annaert.

En 1989

Vainqueur du Circuit Berrichon.

Vainqueur de Tercé-Tercé.

En 1990

Vainqueur de Paris-Montargis.

Vainqueur du circuit Boussaquin

Deuxième de Paris-Sainte Maure de Touraine derrière Laurent Eudeline.

Voici ci-dessous quelques articles de presse.

En 1978.

En 1978.

En 1982.
En 1982.

En 1982.

Paris-Mantes 1982.

Paris-Mantes 1982.

En 1983.
En 1983.

En 1983.

Paris-Rouen 1983.

Paris-Rouen 1983.

En 1984.
En 1984.

En 1984.

Tour des Flandres 1985.

Tour des Flandres 1985.

En 1987.

En 1987.

Paris-Montargis 1987.
Paris-Montargis 1987.
Paris-Montargis 1987.
Paris-Montargis 1987.
Paris-Montargis 1987.

Paris-Montargis 1987.

Les 3 Jours de Vendée 1988.
Les 3 Jours de Vendée 1988.

Les 3 Jours de Vendée 1988.

Tour de Vendée 1988.

Tour de Vendée 1988.

Nantes-Segré 1988.
Nantes-Segré 1988.
Nantes-Segré 1988.

Nantes-Segré 1988.

Paris-Montargis 1988.
Paris-Montargis 1988.
Paris-Montargis 1988.
Paris-Montargis 1988.
Paris-Montargis 1988.

Paris-Montargis 1988.

Il gagnait avec panache !
Il gagnait avec panache !
Il gagnait avec panache !
En 1990.
En 1990.

En 1990.

Paris-Sainte Maure de Touraine 1990.
Paris-Sainte Maure de Touraine 1990.
Paris-Sainte Maure de Touraine 1990.

Paris-Sainte Maure de Touraine 1990.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #Rétro

Repost0

Publié le 10 Juin 2020

Le tour du Mont Ventoux à vélo.

Aujourd'hui, j'ai fait le tour du Mont Ventoux à vélo au départ de Bedoin (84).

J'ai commencé par la Madeleine, puis Malaucène et le Toulourenc. J'ai monté le col de Veaux, le col des Aires par Brantes puis le col des Abeilles depuis Sault.

J'ai parcouru 102 km pour un dénivelé positif cumulé de 1832m.

Nous serons dans 10 jours sur le périple Alsace - Gard, l'équipe est composée des vendéens Bernard Lermite, Philippe Motane et Nicolas Herbreteau, du poitevin Eric Augereau (de retour) et du vendéo-gardois Philippe Lièvre. Le vendéen Maxime Chauvet,  excellent cycliste et fils d'Eric, habite maintenant près de Mouthe dans le Jura et il devrait normalement nous accompagner un petit bout jusqu'aux Rousses.

Philippe Guignard sera absent cette année mais il a pris rendez-vous pour le Vendée-Gard en 2021 sur 8 jours, le vendéo-audois Thierry Barreau sera également dans l'équipe en 2021.

Voici le parcours et les photos de la sortie d'aujourd'hui.

Le col de la Madeleine.
Le col de la Madeleine.

Le col de la Madeleine.

Le hameau de Veaux.

Le hameau de Veaux.

Col de Veaux.

Col de Veaux.

La vallée du Toulourenc.

La vallée du Toulourenc.

Saint Léger du Ventoux.

Saint Léger du Ventoux.

Brantes.

Brantes.

Le col des Aires.
Le col des Aires.
Le col des Aires.

Le col des Aires.

Aurel.
Aurel.
Aurel.
Aurel.

Aurel.

Le col des Abeilles.
Le col des Abeilles.

Le col des Abeilles.

Le tour du Mont Ventoux à vélo.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #Le Ventoux

Repost0

Publié le 6 Juin 2020

Il gagnait avec panache !

Philippe DALIBARD :

Philippe DALIBARD est né le 6 février 1958 à Bonchamp-lès-Laval (Mayenne).

Il a débuté le cyclisme en 1973 et était doué pour ce sport, il a fait partie de l’élite française très rapidement. Il a débuté en minime au club de l’OCC Laval en Mayenne.

Déjà en junior en 1976, avec le maillot du comité de Bretagne il est vice-champion de France junior (Premier Pas Dunlop) à Epernay, le champion de France est Yvan Rimbaud (Atlantique Anjou) lui aussi un sacré espoir de la fin des années 1970 (décédé le 19 mai 2018 à 59 ans), le troisième est Pascal Trimaille (Bourgogne).

En 1978, à 20 ans, il remporte le Tour d’Emeraude (2 Christian Leduc et 3 Bertrand Boivent).

Philippe Dalibard est un des tous meilleurs amateurs français début des années 1980 avec le maillot du Véloce Vannes Cyclisme, en 1981 il remporte 22 victoires dont le championnat de Bretagne à Bieuzy-Lanvaux (2 Philippe Leleu et 3 Dominique Lebon) et devient champion de France amateur à Charleville-Mézières (2 Etienne Néant et 3 Marc Gomez). Il participe au championnat du monde en Tchécoslovaquie avec Philippe Chevalier, Marc Gomez, Bernard Pineau, Etienne Néant et Christian Faure.

À la suite de cette belle saison, il passe professionnel chez Peugeot jusqu’à 1984 puis il revient chez les amateurs au club de Redon Olympic Cycliste (Bretagne). L’ex-pro continue à dominer le cyclisme français et réalise une belle carrière. En 1984, il remporte 60 victoires, mieux que les deux autres ex-pro, Daniel Leveau et Philippe Tesnière, il est le premier au classement national amateur FFC.

Il sera régulièrement dans les 3 premiers de ce classement national jusqu’en 1990 avec entre 12 à 30 victoires par an.

En 1984, il remporte le Tour de la Manche (2 Thierry Marie et 3 Loic Le Floic, ce dernier décédé le 29 mars 1998, renversé par une voiture). Il gagne le Souvenir Louison-Bobet (2 François Leveau et 3 Pascal Churin) et Redon-Redon (2 Thierry Marie et 3 François Lemarchand).

En 1985, il est au club de Périers Sport dans la Manche (Normandie), il remporte le Circuit des Trois Provinces (2 François Leveau et 3 Philippe Adam).

En 1986, il est au Club Olympique Saint Brieuc (CO Briochin) dans Les Côtes d’Armor (Bretagne). Il remporte La Flèche de Locminé (2 Dominique Lebon et 3 Jean-Louis Conan).

En 1987, il est au club de l’AC Brest Plougonvelin dans le Finistère (Bretagne), il remporte le Tour du Finistère (2 David John Tonks et 3 Dominique Lebon) et les Boucles de la Mayenne (2 René Taillandier et 3 Didier Gaillard).

En 1988, il remporte le Tour de Tarragone (2 Pierre Henry Menthéour et 3 José Mario Genesca).

En 1989, il est au club de l’ECF Changé en Mayenne (Pays de la Loire), il est champion des Pays de la Loire (2 Marc Hibou et 3 Frédéric Delalande). Il remporte pour la deuxième fois le Tour du Finistère (2 Camille Coualan et 3 Eric Heulot) et les Boucles de la Mayenne (2 Pascal Churin et 3 Sylvain Prodhomme).

En 1990, il gagne à Nantes – Segré (2 Marc Hibou et 3 Pascal Déramé).

En 1991, il est vainqueur au Trophée des Châteaux aux Milandes (2 Vincent Guillout et 3 Laurent Mazeaud). Il a mis fin à sa carrière en 1991.

En plus de ces belles victoires, il était le coureur de la Mi-août bretonne, une épreuve sur plusieurs étapes d’un très haut niveau. Il a remporté le général à 6 reprises, en 1979, en 1980, en 1986 (2 Christian Seznec et 3 Michel Ragot), en 1987 (2 Dominique Lebon et 3 Mariano Martinez), en 1988 (2 René Bittinger et 3 Dominique Lebon) et en 1989 (2 Félix Urbain et 3 Pascal Churin).

Il a aussi été vainqueur du Tro Bro Léon à 3 reprises, en 1986 (2 Jean-Jacques Lamour et 3 Marc Hibou), en 1988 (2 Stéphane Piriac et 3 Dominique Lebon) et en 1989 (2 Serge Oger et 3 Bertrand Sourget). Il termine deuxième en 1990 derrière Marc Hibou.

Philippe Dalibard était bien posé sur sa machine, il courait bien et était très rapide au sprint. Il a toujours été bien entouré dans son équipe, il a eu comme équipiers François Leveau, Philippe Adam, Pascal Henry, Frédéric Gallerne, Dominique Tulo, Pascal Churin, Marc Hibou, Laurent Plu, Thierry Gru, Denis Leproux… Il a remporté plus de 350 victoires.

Voici quelques articles ci-dessous, je vais en rajouter bientôt.

En 1976.

En 1976.

En 1981.

En 1981.

Aout 1981 à Saint Mamet.
Aout 1981 à Saint Mamet.
Aout 1981 à Saint Mamet.

Aout 1981 à Saint Mamet.

En 1982.

En 1982.

Gentleman cyclocross à Changé.
Gentleman cyclocross à Changé.

Gentleman cyclocross à Changé.

En 1984.
En 1984.

En 1984.

Mi-août bretonne.

Mi-août bretonne.

Tro Bro Léon.

Tro Bro Léon.

En 1986.

En 1986.

En 1987.
En 1987.

En 1987.

Il gagnait avec panache !
Il gagnait avec panache !
Il gagnait avec panache !
Il gagnait avec panache !
Il gagnait avec panache !
Il gagnait avec panache !
Il gagnait avec panache !
Il gagnait avec panache !
Il gagnait avec panache !
En 1988.
En 1988.

En 1988.

En 1989.

En 1989.

En 1989, à Saint Pierre Montlimart (49), je suis passé tout près de la victoire. Sur un parcours difficile, une grosse sélection s’était faite à l’avant, il y avait du beau monde. Eric Chauvet et moi nous avions fait une belle course ce jour-là.
En 1989, à Saint Pierre Montlimart (49), je suis passé tout près de la victoire. Sur un parcours difficile, une grosse sélection s’était faite à l’avant, il y avait du beau monde. Eric Chauvet et moi nous avions fait une belle course ce jour-là.
En 1989, à Saint Pierre Montlimart (49), je suis passé tout près de la victoire. Sur un parcours difficile, une grosse sélection s’était faite à l’avant, il y avait du beau monde. Eric Chauvet et moi nous avions fait une belle course ce jour-là.

En 1989, à Saint Pierre Montlimart (49), je suis passé tout près de la victoire. Sur un parcours difficile, une grosse sélection s’était faite à l’avant, il y avait du beau monde. Eric Chauvet et moi nous avions fait une belle course ce jour-là.

En 1990.

En 1990.

Les Milandes 1991.
Les Milandes 1991.
Les Milandes 1991.
Les Milandes 1991.

Les Milandes 1991.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #Rétro

Repost0

Publié le 3 Juin 2020

Sortie à vélo dans les Cévennes.

Aujourd'hui, dans le cadre de la préparation au périple à vélo entre l'Alsace et le Gard du 20 juin prochain, j'ai roulé dans les Cévennes au départ d'Alès.

Sous une température idéale, 25°, j'ai pédalé sur des belles petites routes tranquilles et traversé des beaux petits villages typiques cévenols, Mialet, St Etienne Vallée Française, St Germain de Calberte, St André de Lancize, St Martin de Boubaux et de nombreux petits hameaux. Les journées à rouler dans cette région préservée sont toujours agréables avec un minimum de préparation quand même.

J'ai parcouru 103 km avec un dénivelé positif cumulé de 1837 m. Ça m'a permis de faire des heures de selle avec le petit plateau, j'ai même utilisé le 23 dents, j'ai été surpris par la pente dans les derniers kilomètres avant St Martin de Boubaux.

Le parcours.

Le parcours.

Les Bellevillois sont en stage de préparation, après leur sortie dimanche matin, la boisson isotonique les attendait. Ils seront au top dans 15 jours.
Les Bellevillois sont en stage de préparation, après leur sortie dimanche matin, la boisson isotonique les attendait. Ils seront au top dans 15 jours.
Les Bellevillois sont en stage de préparation, après leur sortie dimanche matin, la boisson isotonique les attendait. Ils seront au top dans 15 jours.
Les Bellevillois sont en stage de préparation, après leur sortie dimanche matin, la boisson isotonique les attendait. Ils seront au top dans 15 jours.
Les Bellevillois sont en stage de préparation, après leur sortie dimanche matin, la boisson isotonique les attendait. Ils seront au top dans 15 jours.
Les Bellevillois sont en stage de préparation, après leur sortie dimanche matin, la boisson isotonique les attendait. Ils seront au top dans 15 jours.
Les Bellevillois sont en stage de préparation, après leur sortie dimanche matin, la boisson isotonique les attendait. Ils seront au top dans 15 jours.
Les Bellevillois sont en stage de préparation, après leur sortie dimanche matin, la boisson isotonique les attendait. Ils seront au top dans 15 jours.
Les Bellevillois sont en stage de préparation, après leur sortie dimanche matin, la boisson isotonique les attendait. Ils seront au top dans 15 jours.
Les Bellevillois sont en stage de préparation, après leur sortie dimanche matin, la boisson isotonique les attendait. Ils seront au top dans 15 jours.
Les Bellevillois sont en stage de préparation, après leur sortie dimanche matin, la boisson isotonique les attendait. Ils seront au top dans 15 jours.
Les Bellevillois sont en stage de préparation, après leur sortie dimanche matin, la boisson isotonique les attendait. Ils seront au top dans 15 jours.
Les Bellevillois sont en stage de préparation, après leur sortie dimanche matin, la boisson isotonique les attendait. Ils seront au top dans 15 jours.

Les Bellevillois sont en stage de préparation, après leur sortie dimanche matin, la boisson isotonique les attendait. Ils seront au top dans 15 jours.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #Cévennes

Repost0

Publié le 30 Mai 2020

Cycliste vendéenne des années 1990.

Félicia BALLANGER :

 

Félicia Ballanger est née le 12 juin 1971 à la Roche Sur Yon (Vendée).

Félicia a commencé par le cyclisme sur route au club du VC Yonnais en 1985. Elle est ensuite devenue rapidement une spécialiste de la piste, elle est championne de France cadette de vitesse en 1986 sous le maillot du VC Yonnais et championne du monde junior également en vitesse sur piste en 1988 sous le maillot du VC Sébastiennais qu’elle a porté de 1987 à 1992.

Chez les seniors, elle est championne olympique de vitesse en 1996 (Atlanta) et 2000 (Sydney) et championne olympique du 500 m en 2000 (Sydney).

Elle est multi championne du monde de vitesse, en 1995, 1996, 1997, 1998 et 1999.

Elle est également championne du monde du 500 m en 1995, 1996, 1997, 1998 et 1999.

Elle a été incontestablement la meilleure pistarde du monde durant 6 ans.

Elle est « Vélo d’Or Français » et Officier de l’Ordre National du Mérite en 2000.

 

Voici ci-dessous quelques articles de presse sur Félicia.

Juin 1985.

Juin 1985.

Départementaux route 1986.

Départementaux route 1986.

Septembre 1986.

Septembre 1986.

En 1987.

En 1987.

Les Trois Jours de Vendée 1989.

Les Trois Jours de Vendée 1989.

Juillet 1991.

Juillet 1991.

En 1995.

En 1995.

En juillet 1996.
En juillet 1996.

En juillet 1996.

Ouest-France 1996.
Ouest-France 1996.
Ouest-France 1996.

Ouest-France 1996.

Octobre 1997.
Octobre 1997.
Octobre 1997.

Octobre 1997.

Ouest-France 1er janvier 2000.

Ouest-France 1er janvier 2000.

Cycliste vendéenne des années 1990.
Cycliste vendéenne des années 1990.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #Rétro

Repost0

Publié le 28 Mai 2020

Alsace - Gard 2020 : J-22

Dans 22 jours nous serons sur la traversée de l'Alsace, des Vosges, du Jura, de l'Isère, Drôme... entre l'Alsace et le Gard à vélo.

Notre périple doit normalement avoir lieu le 20 juin prochain comme prévu. Il reste seulement un petit problème d'hébergement à régler.

Ce matin, j'ai commencé à allonger la distance de mes sorties, j'ai parcouru 84 km sur les petites routes du Gard, les routes qui ne rendent pas avec les longs faux plats. Ça correspond à une demi-étape de notre périple, je pense que dans 22 jours je serai prêt pour faire 160 km.  

Le parcours de ce matin.

Le parcours de ce matin.

Les routes qui ne rendent pas.

Les routes qui ne rendent pas.

Alsace - Gard 2020 : J-22
Alsace - Gard 2020 : J-22
Alsace - Gard 2020 : J-22
Alsace - Gard 2020 : J-22
Alsace - Gard 2020 : J-22
Alsace - Gard 2020 : J-22

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #Alsace - Gard 2020

Repost0

Publié le 27 Mai 2020

Cyclistes de passage en Vendée de 1986 à 1990.

Piers HEWITT (GB) et Rick REID (NZ) :

 

Piers HEWITT est né le 8 octobre 1962 à Corby, Royaume-Uni.

Piers est arrivé en Vendée en 1986 au club de l’AC Bourg. Avant, chez les jeunes, il a remporté plusieurs fois le championnat du Royaume Uni, que ce soit sur route comme sur piste.

Il est arrivé en France en 1982 au club de l’UVC Aube avec lequel il a remporté le Grand Prix de l’Equipe CV 19ème entre Corbeil et Chaville en 1982 (2 Jan Brzezny (Pol) et 3 Philippe Saude) et Paris – Chauny en 1983 (2 Ian Manson (Can) et 3 Franck Pineau).

Il était très rapide au sprint mais aussi très irrégulier. Il était venu en France à l’UVC Aube Troyes pour essayer de passer professionnel, le club qui a formé les quatre frères Simon. Il y avait dans ce club un autre anglais Wayne Bennington qui est passé pro 2 ans chez Système U et 2 ans chez Z.

Piers est venu à l’AC Bourg pour faire surtout des critériums, le cyclisme était son gagne-pain.

Il a remporté 8 victoires en 1986 et terminé deuxième à Nantes-Mortagne et au Circuit du Bocage.

Piers était très sympathique mais on ne voyait pas le cyclisme de la même façon !

 

Richard Dickson (Ric) REID est né le 20 novembre 1969 à Auckland, Nouvelle Zélande.

Ric est arrivé en Vendée en 1990 au club de l’AC Bourg.

Il a tout suite eu de bons résultats avec notre club, il faisait vraiment partie de l’élite du cyclisme, il se débrouillait seul.

En 1990, il gagne dès le début de saison, à la Vallée de la Loire (2 Gréchi et 3 Blaise Chauvière) puis le Grand Prix de la Libération à La Rochelle et la classique Paris – Auxerre (2 Olaf Lurvik (Norv) et 3 Patrick Kaikinger).

Il n’a fait qu’une saison à l’AC Bourg, il était assez discret, il faut dire qu’il ne parlait pas un mot de Français. Il est parti un peu trop tôt, il n’a pas eu le temps de connaître le « Vendée U » où il aurait pu encore plus s’exprimer sur le vélo.

Il était étonnant car dès qu’il voyait un bâtiment ancien, il était épaté. Avant le départ des courses, il lui arrivait de faire du stretching dans les églises…

Ric a remporté le Tour de Wellington en 1994 et 1996. En 1995 il gagne le Grand Prix de Buxerolles (2 Stéphane Boury et 3 Dominique Terrier). Il termine troisième du championnat de Nouvelle-Zélande en 1994 (1 Ewan Mc Master et 2 Brian Fowler). Il est champion de Nouvelle-Zélande en 1996 (2 Gordon Mc Cauley et 3 Mark Rendell) et participe aux Jeux Olympiques d’Atlanta où il termine 66ème sur la course en ligne.

 

Voici quelques documents de l’époque :

 Piers Hewitt, National Junior Road Race Championship 1978.

Piers Hewitt, National Junior Road Race Championship 1978.

Paul Swinnerton, National Amateur sprint champion 1981 after eliminating Piers Hewitt in the semi- final.

Paul Swinnerton, National Amateur sprint champion 1981 after eliminating Piers Hewitt in the semi- final.

En 1982.

En 1982.

Paris - Chauny 1983.
Paris - Chauny 1983.

Paris - Chauny 1983.

En 1985.

En 1985.

En 1986.

En 1986.

Une grande déception ce jour là : sur la Vallée de l’Erdre 1986, je suis seul en tête puis un coureur rentre sur moi à 500 m de l’arrivée. C’est Jean-Louis Eraud qui me dit « Je suis à bloc tu vas gagner », je n’avais pas beaucoup de temps pour réfléchir, je le croyais ou je me relevais sachant que j’avais Piers Hewitt, notre sprinter à l’arrière… J’ai fait la grosse erreur de le croire, il me passe à 20 m de la ligne et en plus Piers Hewitt se fait battre pour la troisième place par le futé Alain Gicquiaud. Les « Loire - Atlantique » tout bon, les vendéens tout faux !
Une grande déception ce jour là : sur la Vallée de l’Erdre 1986, je suis seul en tête puis un coureur rentre sur moi à 500 m de l’arrivée. C’est Jean-Louis Eraud qui me dit « Je suis à bloc tu vas gagner », je n’avais pas beaucoup de temps pour réfléchir, je le croyais ou je me relevais sachant que j’avais Piers Hewitt, notre sprinter à l’arrière… J’ai fait la grosse erreur de le croire, il me passe à 20 m de la ligne et en plus Piers Hewitt se fait battre pour la troisième place par le futé Alain Gicquiaud. Les « Loire - Atlantique » tout bon, les vendéens tout faux !
Une grande déception ce jour là : sur la Vallée de l’Erdre 1986, je suis seul en tête puis un coureur rentre sur moi à 500 m de l’arrivée. C’est Jean-Louis Eraud qui me dit « Je suis à bloc tu vas gagner », je n’avais pas beaucoup de temps pour réfléchir, je le croyais ou je me relevais sachant que j’avais Piers Hewitt, notre sprinter à l’arrière… J’ai fait la grosse erreur de le croire, il me passe à 20 m de la ligne et en plus Piers Hewitt se fait battre pour la troisième place par le futé Alain Gicquiaud. Les « Loire - Atlantique » tout bon, les vendéens tout faux !
Une grande déception ce jour là : sur la Vallée de l’Erdre 1986, je suis seul en tête puis un coureur rentre sur moi à 500 m de l’arrivée. C’est Jean-Louis Eraud qui me dit « Je suis à bloc tu vas gagner », je n’avais pas beaucoup de temps pour réfléchir, je le croyais ou je me relevais sachant que j’avais Piers Hewitt, notre sprinter à l’arrière… J’ai fait la grosse erreur de le croire, il me passe à 20 m de la ligne et en plus Piers Hewitt se fait battre pour la troisième place par le futé Alain Gicquiaud. Les « Loire - Atlantique » tout bon, les vendéens tout faux !
Une grande déception ce jour là : sur la Vallée de l’Erdre 1986, je suis seul en tête puis un coureur rentre sur moi à 500 m de l’arrivée. C’est Jean-Louis Eraud qui me dit « Je suis à bloc tu vas gagner », je n’avais pas beaucoup de temps pour réfléchir, je le croyais ou je me relevais sachant que j’avais Piers Hewitt, notre sprinter à l’arrière… J’ai fait la grosse erreur de le croire, il me passe à 20 m de la ligne et en plus Piers Hewitt se fait battre pour la troisième place par le futé Alain Gicquiaud. Les « Loire - Atlantique » tout bon, les vendéens tout faux !

Une grande déception ce jour là : sur la Vallée de l’Erdre 1986, je suis seul en tête puis un coureur rentre sur moi à 500 m de l’arrivée. C’est Jean-Louis Eraud qui me dit « Je suis à bloc tu vas gagner », je n’avais pas beaucoup de temps pour réfléchir, je le croyais ou je me relevais sachant que j’avais Piers Hewitt, notre sprinter à l’arrière… J’ai fait la grosse erreur de le croire, il me passe à 20 m de la ligne et en plus Piers Hewitt se fait battre pour la troisième place par le futé Alain Gicquiaud. Les « Loire - Atlantique » tout bon, les vendéens tout faux !

En 1987.
En 1987.
En 1987.

En 1987.

En 1988.
En 1988.

En 1988.

En 1990. Ric Reid à gauche.
En 1990. Ric Reid à gauche.

En 1990. Ric Reid à gauche.

Cyclistes de passage en Vendée de 1986 à 1990.
Cyclistes de passage en Vendée de 1986 à 1990.
Nantes - Segré 1986.
Nantes - Segré 1986.

Nantes - Segré 1986.

En 1995.
En 1995.
En 1995.

En 1995.

 Reid-Ric-object-1-atlanta-1996-

Reid-Ric-object-1-atlanta-1996-

En 2004.

En 2004.

En 2009.
En 2009.

En 2009.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #Rétro

Repost0