Articles avec #f.a.b.r.i.c.e. tag

Publié le 27 Août 2020

Randonnée FABRICE et défi Ultra-duathlon.

Dans un mois tout juste, devrait avoir lieu la randonnée FABRICE à Saint Viaud (44) cette année. Il y aura aussi un défi ultra-duathlon du 26 au 27 septembre,  200 kms de vélo, 50 kms de course à pied, répartis en 4 phases de 12 kms CAP/50 kms vélo.

Voici ci-dessous un souvenir du championnat de Loire-Atlantique seniors de 1988 à Saint Viaud (44).

https://www.facebook.com/philippe.lievre.3192

Randonnée FABRICE et défi Ultra-duathlon.
Randonnée FABRICE et défi Ultra-duathlon.
Randonnée FABRICE et défi Ultra-duathlon.
Randonnée FABRICE et défi Ultra-duathlon.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #F.A.B.R.I.C.E.

Repost0

Publié le 8 Septembre 2019

Randonnée "Fabrice SALANSON" 2019

La 17ème édition de la randonnée "Fabrice SALANSON" aura lieu dans un peu moins d'un mois, le samedi 5 octobre à Landeronde en Vendée, la veille du Tour de Vendée cycliste.

Fabrice était un grand espoir du cyclisme, au même titre que les Voeckler et Chavanel. Voici ci-dessous des articles d'il y a 20 ans déjà.

Juin 1997.

Juin 1997.

avril 1999.

avril 1999.

septembre 1999.

septembre 1999.

septembre 1999.

septembre 1999.

La Boulangère 2003.

La Boulangère 2003.

novembre 2003.

novembre 2003.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #F.A.B.R.I.C.E.

Repost0

Publié le 1 Octobre 2017

La randonnée Fabrice SALANSON 2017 s'est déroulée hier sous un ciel nuageux, il y avait de nombreux participants dont la présence de Thomas VOECKLER, le tout nouveau retraité, né en 1979 comme son ami Fabrice SALANSON ( la photo : Le papa de Fabrice, Hugues SALANSON et Thomas VOECKLER).

Voici ci-dessous un résumé de la journée en photos.

Merci à Patrice AUVINET pour ces photos et son investissement à l'association "FABRICE" en mémorisant cette belle journée.

L'équipe de copains aux couleurs de l'association.
L'équipe de copains aux couleurs de l'association.
L'équipe de copains aux couleurs de l'association.
L'équipe de copains aux couleurs de l'association.
L'équipe de copains aux couleurs de l'association.
L'équipe de copains aux couleurs de l'association.
L'équipe de copains aux couleurs de l'association.

L'équipe de copains aux couleurs de l'association.

Eric CHAUVET est de bons conseils.

Eric CHAUVET est de bons conseils.

Patrice AUVINET et Perrig QUEMENEUR.
Patrice AUVINET et Perrig QUEMENEUR.

Patrice AUVINET et Perrig QUEMENEUR.

Hugues SALANSON et Philippe AUVINET.
Hugues SALANSON et Philippe AUVINET.
Hugues SALANSON et Philippe AUVINET.

Hugues SALANSON et Philippe AUVINET.

Un beau peloton.
Un beau peloton.
Un beau peloton.

Un beau peloton.

La randonnée Fabrice SALANSON 2017 (Photos).

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #F.A.B.R.I.C.E.

Repost0

Publié le 15 Mars 2016

Plumelec 2003.

Le 31 mai 2003 :

A Travers le Morbihan. L'épreuve, née en 1982, représente chaque saison l'un des sommets de la Coupe de France. Le circuit final et sa fameuse côte de Cadoudal sont devenus incontournables dans le paysage du cyclisme hexagonal.

Nicolas Vogondy est parvenu à trouver en Sylvain Chavanel (Brioches La Boulangère) et Andy Flinckinger (Ag2r Prévoyance) deux valeureux alliés pour entamer en tête, comme l'an passé, la 12ème et dernière ascension de la côte de Cadoudal. Dès les premières pentes, Flickinger a lâché prise, laissant Vogondy et Chavanel s'expliquer au sprint au sommet. Cette fois, Vogondy ne s'est pas fait avoir et a laissé Chavanel lancer le sprint. Il a ainsi triomphé en bleu-blanc-rouge à Plumelec. Tout un symbole à un mois des Nationaux...

Fabrice Salanson avait encore été l'un des principaux animateurs de la course et il avait finalement pris la quatrième place après s'être échappé à trois tours de l'arrivée, fidèle à son tempérament d'attaquant. Il avait disputé le Tro Bro Leon le lendemain.

Classement :

1. Nicolas Vogondy (FRA, FDJeux.com) les 181 km en 4h27'26" (40,6 km/h)
2. Sylvain Chavanel (FRA, Brioches La Boulangère) à 1 sec.
3. Andy Flinckinger (FRA, Ag2r Prévoyance) à 14 sec.
4. Fabrice Salanson (FRA, Brioches La Boulangère) à 1'21"
5. Jérôme Pineau (FRA, Brioches La Boulangère) à 2'42"
6. Bradley McGee (AUS, FDJeux.com) à 2'45"
7. Patrice Halgand (FRA, Jean Delatour) à 4'18"
8. Cédric Vasseur (FRA, Cofidis) à 4'33"
9. Baden Cooke (AUS, FDJeux.com) m.t.
10. Stéphane Goubert (FRA, Jean Delatour) m.t.

A Travers le Morbihan 2003 (photos "Le Télégramme")
A Travers le Morbihan 2003 (photos "Le Télégramme")

A Travers le Morbihan 2003 (photos "Le Télégramme")

Le 03/06/2003 14:45

Un nouveau drame secoue le vélo. Le Français Fabrice Salanson a été retrouvé inerte dans sa chambre d'hôtel.

3 jours avant, dans ses colonnes, Ouest-France titrait en gras "Fabrice Salanson est de retour". Le Nantais de 23 ans, considéré comme l'un des grands espoirs du cyclisme français, avait pris la veille la 4ème place d'A Travers le Morbihan, et ce après trois mois de souffrances. Le 6 février, au moment d'entamer sa 4ème année chez les pros dans l'équipe Brioches La Boulangère, Fabrice avait heurté un mur dans le final de la 2ème étape de l'Etoile de Bessèges. Immobilisé pendant deux mois et demi en raison d'une fracture de l'omoplate, le jeune Salanson avait pris son mal en patience en attendant sa reprise au Tour de Vendée.

Puis il avait disputé le Tour des Asturies et la forme était progressivement revenue. Le samedi, du côté de Plumelec, Fabrice avait manqué de peu le bon wagon et avait finalement achevé l'épreuve en 4ème position. Il avait alors déclaré : "je n'ai que treize jours de course au compteur. A cette période de la saison, la fraîcheur compte et j'essaie d'en profiter. Je me sens de mieux en mieux. J'espère que cela va continuer sur le Tour d'Allemagne, ma prochaine course." Un tragique destin allait pourtant se mettre en travers de sa route. La veille, les coureurs de Brioches La Boulangère étaient réunis dans leur hôtel allemand, à Dresde. Ils avaient dîné, échangé des plaisanteries. La routine.

Puis chacun était monté dans sa chambre, Fabrice Salanson s'était couché tôt afin de préparer au mieux la première étape du Tour d'Allemagne. Le matin à 8h30, son voisin de chambre Sébastien Chavanel eut une vision cauchemardesque en ouvrant les volets. Son coéquipier était étendu sur le sol, une jambe sur le lit. Immobile. Inconscient. Très vite, un médecin était sur place. Mais il n'y avait plus rien à faire. Fabrice Salanson s'était envolé dans son sommeil, probablement entre 2h30 et 4h00 du matin.

La nouvelle a été apprise avec douleur par l'ensemble du monde du cyclisme, une nouvelle fois endeuillé après les décès tragiques de Denis Zanette en janvier et d'Andreï Kivilev en mars. Le directeur sportif, Christian Guiberteau, et les coureurs de Brioches La Boulangère, ont pris la décision de ne pas participer au Tour d'Allemagne.

--------------------------------------

L'équipe Brioches la Boulangère a été endeuillée par la disparition d'un de ses jeunes espoirs, Fabrice Salanson, qui est mort dans son lit la veille du Tour d'Allemagne. Inévitablement, la première réaction de beaucoup de gens a été de se demander si sa mort pouvait être liée à l'abus de drogues. Une réaction à tort, comme l'autopsie l'a prouvé, et comme le souligne Philippe Raimbaud.

" Écoutez ! Je vous arrête tout de suite. Si vous, vous mourez ­ je vous le souhaite pas ­ ce soir dans votre lit, personne n'ira faire de réflexion. Fabrice était un coureur 100% propre. Il l'a prouvé parce qu'il était en permanence le premier à mettre son corps à la disposition de la science pour mener des recherches, aussi bien au CHU de Nantes (au centre hospitalier universitaire de Nantes) que par exemple pour des recherches menées par le CNRS à Marseille, deuxièmement la police allemande a ouvert une enquête : tous les produits qui ont été saisis dans l'hôtel, les sels minéraux ou les vitamines qu'il pouvait avoir dans sa valise, ont été analysés et on n'a évidemment rien trouvé de répréhensible. C'était des produits tout à fait normaux. Deuxièmement son corps a été autopsié. Il y a eu des analyses sanguines, urinaires, des analyses de cheveux, puisque vous savez que sur les analyses de cheveux on peut retrouver sur une longue période s'il y a eu absorption de produits dopants. Et on n'a rien trouvé. Donc il faut arrêter de faire, ce qu'on appelle en France de l'auto­allumage. Il n'y a rien. Je veux pas qu'on salisse la mémoire de Fabrice Salanson. Tous les tests qui ont été faits ont été négatifs et il ne faut pas mélanger cette affaire, qui n'en est pas une d'ailleurs, qui est la dramatique disparition d'un homme, comme il en existe tous les jours, et pas seulement chez les cyclistes, chez les agriculteurs, chez les ouvriers, chez les patrons, chez les enfants, chez les sportifs, chez les non sportifs. Ce n'est pas une affaire de plus dans le cyclisme. C'est un drame, mais qui n'a rien a voir avec le dopage". (Laguinguette)

Tour d'Allemagne en 2002.

Tour d'Allemagne en 2002.

Dimanche 29 juin 2003, Championnat de France.

Comment ne pas évoquer le Championnat de France lorsqu'il s'agit de revenir sur l'anecdote la plus marquante concernant Didier Rous ? Ce matin-là à Plumelec, le souvenir de Fabrice Salanson, son camarade décédé quatre semaines plus tôt, est dans toutes les mémoires. Au départ, Didier discute avec son pote Nicolas Jalabert. Les liserés bleu-blanc-rouge qui ornent les manches de son maillot rappellent qu'il a déjà enlevé le titre précédemment. Mais celui qu'il s'apprête à aller chercher sur le difficile circuit de Plumelec est bien plus fort émotionnellement. Stimulés par la mémoire de Fabrice Salanson, Didier et ses copains de l'équipe La Boulangère verrouillent la course. Rien ne se passe sans l'intervention des hommes au maillot rouge. Didier s'échappe à 80 km de l'arrivée. Une folie mais, de son paradis, Fabrice aide Didier et lui permet de vaincre. Rous est champion de France. Il franchit la ligne les doigts pointés vers le ciel, puis craque au milieu des journalistes émus. Dans l'aire d'arrivée, alors que les coureurs de la Boulangère fondent en larmes, il règne une étrange atmosphère. Pas d'effusion de joie. Rien qu'un hommage. Un bel hommage. (vélo101)

Le souvenir le plus fort : 2003, pour Salanson

Le plus fort, le plus émouvant, c'est à Plumelec, quand Dider Rous gagne le titre (2003). On avait perdu notre équipier Fabrice Salanson (décédé après un arrêt cardiaque dans son sommeil) à peine un mois avant. C'est un grand souvenir émotionnel. Sa perte est tragique, il est toujours présent dans nos mémoires, mais c'est un grand souvenir collectif. On avait fait un super championnat. Didier avait fait un très grand numéro, il avait écrasé la course en faisant 60 kilomètres tout seul. Et moi derrière j'avais réussi à contrôler leurs ardeurs de coureurs comme Richard Virenque, Patrice Halgand, Christophe Moreau, Benoît Salmon ou Andy Flickinger pour que Didier aille cueillir son titre. C'est un grand souvenir pour moi, c'était une journée tellement particulière… Ça reste un des plus beaux jours de ma carrière sur un vélo. (Jérôme Pineau, article du 28.06.2015 de Benoît Vittek à Eurosport).

Ci-dessous, la vidéo du championnat de France 2003.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #F.A.B.R.I.C.E.

Repost0

Publié le 1 Mars 2016

Tour d'Italie 2001.

Sur le tour d’Italie 2001, du 19 mai au 10 juin, « Bonjour » était la seule équipe française au départ et elle a vécu une mauvaise expérience pour sa première épreuve sur trois semaines.

Jean-Cyril Robin est le leader pour le classement général.

Le coureur français Noan Lelarge (Bonjour) exclu de son équipe.

Lors du prologue, la formation française se fait remarquer en plaçant Noan Lelarge à la treizième place. Un peu plus tard, dans l’étape de Montevergine, l’Ardennais est échappé. Il réalise une bonne première semaine. On apprendra deux mois plus tard qu’il a été contrôlé positif au triamcinolone acétonide, sur la course transalpine.

Noan Lelarge (Bonjour) a été contrôlé positif, le 28 mai, sur le Tour d'Italie et exclu de son équipe, a annoncé, hier soir, dans un communiqué, l'équipe dirigée par Jean-René Bernaudeau. «Le laboratoire de Lausanne a détecté dans ses urines de la Triamcinolone acétonide (un glucocorticostéroïde). Noan Lelarge n'a pu fournir aucune explication et n'a pas sollicité de contre-expertise », précise le communiqué. Son équipe, qui dénonce cet «acte individuel totalement irresponsable», l'a aussitôt écarté «conformément à l'éthique adoptée depuis sa création par le groupe sportif». «Plus que jamais, Jean-René Bernaudeau et les dirigeants de l'équipe Bonjour entendent tirer les leçons de cet événement douloureux, poursuivre leur lutte contre le dopage, renforcer leur vigilance et avancer avec une rigueur toujours accrue sur la voie d'un cyclisme sain, fondé sur la prévention et la formation», conclut le communiqué de l'équipe Bonjour. (Le Télégramme)

La grande rafle antidopage dans la nuit du 6 au 7 juin durant l’étape de San Remo (blitz de San Remo).

Une perquisition de grande envergure a été menée hier soir, à San Remo et ses alentours, par la brigade des stupéfiants dans les hôtels des équipes qui participent au Tour d'Italie. Deux cents policiers ont visité une à une les chambres occupées par les coureurs et celles des membres de l'encadrement des équipes.

Roberto Pregnaloto, le masseur personnel de Pantani, a été interpellé en possession d'un sac contenant des fioles et des seringues, qui auraient été jetées par les fenêtres à l'arrivée des enquêteurs. Marco Pantani devrait renoncer ce matin à poursuivre le Tour, pour raison de maladie. Il avait été distancé hier, dans la 17 e étape gagnée par son compatriote Pietro Caucchioli. Son coéquipier Ricardo Forconi fait l'objet d'un contrôle positif à l'EPO. Il a été suspendu hier matin. Le Français Pascal Hervé, mis à pied la veille par l'équipe italienne Alexia, est aussi incriminé. Les deux coureurs avaient été contrôlés lors du prologue à Pescara. (Le Parisien)

Le butin des autorités est sans appel : corticoïdes, anabolisants, hormones de croissance etc. 86 personnes sont suspectées, dont Dario Frigo le favori. Il réfute les accusations.

Deux équipes, une italienne et une française (NDLR: l’équipe Bonjour, seule formation française engagée), ont été blanchies par les enquêteurs.

Ce scandale du dopage, qui intervient moins d’un mois avant le départ du Tour de France, est un nouveau coup porté à la crédibilité d’un sport déjà montré du doigt depuis l’affaire Festina qui avait empoisonné le Tour de France 1998.

Furieux, le peloton refuse de repartir le lendemain. L’étape est annulée.

Tous les coureurs avaient été réunis, il y avait eu un vote pour refuser de courir la 18e étape. Les trois coureurs de chez Bonjour qui étaient encore en course , Déramé, Mainguenaud et Voeckler voulaient eux repartir.

Les autres cyclistes pensent à stopper définitivement la course mais sous la pression des sponsors, ils repartent malgré tout.

Les chutes à répétition et à trois jours de l’arrivée finale, tous les vélos sont dérobés dans la nuit.

L'équipe française Bonjour, qui participe au Tour d'Italie cycliste, s'est fait voler la totalité de ses vélos dans la nuit du vendredi au samedi, a-t-on appris auprès de ses responsables. Bonjour a dû se faire prêter des vélos par le manufacturier Shimano, qui fait office de dépanneur sur le Giro. Le camion de l'équipe française, installé sur le parking de l'hôtel où dormaient les coureurs et l'encadrement, a été forcé. Dix vélos ont disparu, ainsi que divers matériels. L'équipe française a perdu au total quinze vélos sur le Giro. Cinq vélos lui avaient déjà été dérobés une dizaine de jours plus tôt avant les Dolomites. Déramé, Mainguenaud n'avaient pas de vélo à leur taille, Voeckler a été le seul à finir…

Fabrice Salanson abandonne à la 8ème étape.

Thomas Voeckler est le seul à finir, à l’avant dernière place, 135ème à 2h54’07" de Gilberto Simoni.

Bonjour: 31. Robin (Fra), 32. Bouyer (Fra), 33. Déramé (Fra), 34. Voeckler (Fra), 35. Lelarge (Fra), 36. Mainguenaud (Fra), 37. D. Nazon (Fra), 38. Pichon (Fra), 39. Salanson (Fra)

Bonjour: 31. Robin (Fra), 32. Bouyer (Fra), 33. Déramé (Fra), 34. Voeckler (Fra), 35. Lelarge (Fra), 36. Mainguenaud (Fra), 37. D. Nazon (Fra), 38. Pichon (Fra), 39. Salanson (Fra)

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #F.A.B.R.I.C.E.

Repost0

Publié le 23 Février 2016

Le 3 septembre 2000 :

Fabrice Salanson (Bonjour) a remporté sa première victoire professionnelle sur la 3ème étape du tour de l'Avenir à 21ans, qui se disputait sur 154,099 km entre Ligné (Loire-Atlantique) et Mouchamps (Vendée).

Il a devancé d'une seconde son compatriote Loïc Lamouller, tandis que la 3 e place a été enlevée au sprint par le Norvégien Thor Hushovd, à 20'' du premier.

3e étape ­ Ligné-Mouchamps (154,099 km)

1.Fabrice Salanson (Fra/Bonjour) en 3 h 33'35''(moyenne: 43,289 km/h) ; 2.Loïc Lamouller (Fra) à 1''; 3.Thor Hushovd (Nor) 20''; 4.Lenaïc Olivier (Fra) ; 5.Jean-Patrick Nazon (Fra) ; 6.Bjorn Leukemans (Bel) ; 7.Alexandre Usov (Blr) ; 8.Luca Paolini (Ita) ; 9.Jay Sweet (Aus) ; 10.Raphaël Jeune (Fra) 23''.

-------------------------------------------------

Le 9 septembre 2001 :

Fabrice Salanson (Bonjour) a terminé à la quatrième place sur la 4ème étape du tour de l'Avenir, qui se disputait sur 173 km entre Châlette-sur-Loing et Epernay.

Echappé dès le kilomètre 2 de l'étape juste après le départ de Chalette-sur-Loing (Yonne), l'Américain David Zabriskie a traversé la région de Provins tout seul en tête de la course. Il a même atteint la cité médiévale avec près de 7 minutes d'avance sur le reste de la troupe. A l'approche de la côte de Provins classée en quatrième catégorie, son avance a toutefois commencé à fondre comme neige au soleil. A la sortie du département, en direction de la Marne, le peloton dans son entier a d'ailleurs fondu sur lui pour l'avaler sans aucun état d'âme. Par la suite jusqu'à Epernay, les attaques se sont succédé. La dernière a souri à l'Australien Wilson qui s'est imposé au sprint devant un petit groupe d'échappés. Jean-Patrick Nazon, en difficulté toute la journée, a sauvé son maillot jaune pour seulement 5 secondes.

1 M. WILSON (AUS) 4h05'46" ; 2 F.LARA RUIZ (FESTINA - ESP) m.t. ; 3 N.MEUNIER (FRA) à 2" ; 4 F.SALANSON (BONJOUR - FRA) m.t. ; 5 C.EDELEINE (JEAN DELATOUR - FRA) m.t. ; 6 B.POILVET (CREDIT AGRICOLE - FRA) m.t. ; 7 E.JIMENEZ (iBANESTO.COM - ESP) m.t. ; 8 J.MANZANO (KELME - ESP) à 6" ; 9 M.GIGLI (ITA) à 9" ; 10 B.COOKE (MERCURY-VIATEL - AUS) à 38".

L'équipe Bonjour était composée de : CHAVANEL, Sylvain (F) CHARTEAU , Antony (F) GESLIN, Anthony (F) JOLY, Sébastien (F) SALANSON, Fabrice (F) VOECKLER, Thomas (F).

--------------------------------------------------

Le 7 septembre 2002 :

Fabrice Salanson (Bonjour) a terminé à la deuxième place sur la 3ème étape du tour de l'Avenir, qui se disputait sur 200 km entre Bonchamp-lès-Laval et Montlouis sur Loire.

Entre Bonchamp-les-Laval et Montlouis-sur-Loire (200 km), la plus longue étape de ce Tour de l'Avenir, Matt Wilson s'est détaché du peloton à 120 km du but en compagnie de Christophe Edaleine (Jean Delatour), Bernhard Eisel (Mapei-Quick Step Espoirs), Pierrick Fédrigo (Crédit Agricole), Gorka Gonzalez (Euskaltel-Euskadi), Stefan Kupfernagel (Phonak), Sébastienn Joly et Fabrice Salanson (Bonjour), déjà en vue hier*. Les huit hommes ont uni leurs efforts pour lutter contre un peloton emmené par les Crédit Agricole du Maillot Jaune Thor Hushovd.

Le groupe devait se désunir après une initiative d'un trio de coureurs à une cinquantaine de km de l'arrivée. Matt Wilson, Gorka Gonzalez et Fabrice Salanson en unissant parfaitement leurs efforts, tenaient tête au peloton.

Matt Wilson, qui avait brièvement porté en 1998 les couleurs de Nantes 44 avant de partir s'entraîner en Belgique, s'est imposé d'une tête devant les deux compagnons d'échappée, Gonzalez et le Français Fabrice Salanson (Bonjour). Les trois coureurs n'avaient réussi à conserver que 34 secondes sur le gros du peloton à l'issue de la plus longue étape de cette édition du Tour de l'Avenir.

*La veille entre Saint-Grégoire et Bonchamp-les-Laval (193 km), la première grande échappée du Tour de l'Avenir s'est constituée autour de Freddy Bichot (FDJeux.com), Morten Hegreberg (Norvège), Jan Kuyckx (Vlaanderen 2002), Alexis Rodriguez (Kelme-Costa Blanca), Fabrice Salanson (Bonjour) et Aitor Silloniz (Euskaltel-Euskadi). Les six hommes ont possédé plus de sept minutes d'avance sur le peloton, mais les Crédit Agricole n'ont pas tardé à réagir et à reprendre les échappés à 10 km de l'arrivée.

3ème étape - Bonchamp les Laval - Montlouis sur Loire 200km - 7 Septembre 2002

1 Matthew Wilson (La Française des Jeux) 4h42'51"

2 Fabrice Salanson (Bonjour)

3 Gorka Gonzalez Larranaga (Euskaltel – Euskadi) 00'02

4 Thor Hushovd (Crédit Agricole) 00'34

5 Alexandre Usov (Phonak Hearing Systems)

6 Lénaïc Olivier (Jean Delatour)

7Johan Dekkers (Marlux-Ville de Charleroi)

8 Nicolas Liboreau (Big Mat - Aubervilliers 93)

9 James Vanlandshoot (Vlaanderen-TInterim)

10 Anthony Geslin (Bonjour)

Tour de l'Avenir 2000.

Tour de l'Avenir 2000.

Tour de l'Avenir 2000 - 2001 - 2002
Tour de l'Avenir 2000 - 2001 - 2002
Tour de l'Avenir 2000 - 2001 - 2002
Tour de l'Avenir 2000 - 2001 - 2002
Tour de l'Avenir 2000 - 2001 - 2002
Tour de l'Avenir 2000 - 2001 - 2002

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #F.A.B.R.I.C.E.

Repost0

Publié le 17 Février 2016

Grand Prix du Midi Libre 2002 : Etape 2

Grand Prix du Midi Libre 2002 : 2ème étape, Carcassonne- Villefranche-de-Rouergue, le 23 mai.

Chutons sous la pluie

Publié le 24/05/2002

Cyclisme - MIDI-LIBRE : Salanson en solo à Villefranche-de-Rouergue

Le col des Martys ne monte pas, ou peu en venant de Carcassonne. Mais il descend beaucoup et longtemps en plongeant sur Mazamet. Ce toboggan, Laurent Jalabert pourrait le dessiner les yeux fermés. Ça doit faire à peu près trente-trois ans qu'il grimpe et dégringole cette montagne entre le Tarn et l'Aude. Hier, alors que sa ville disparaissait dans un brouillard trempé, Jaja s'est crû dans dans la République. Freinant un peu plus tard sous l'averse, relançant un peu plus tôt. Un mètre, deux, trois, cinq, dix... Une seconde, deux, trois, cinq, dix... Naissance d'un coup fourré aussitôt transformé en avortement douloureux. Sur ses terres, l'aîné des Jalabert (Nico allait le relayer pour une balade à trois avec Loda et Landis) s'est violemment couché sur le flanc droit. Petit mot d'humour à l'arrivée: « Je ne comprends pas j'avais mis de l'huile de l'autre côté et c'est de mon côté que ça a glissé!» Il souffre d'un gros hématome à la hanche, d'une blessure au coude.

BRARD A L'HOPITAL

« Une chute, grande ou petite, laisse toujours des traces. Je descendais vite mais pas trop vite. Derrière moi, ils sont tombés comme des mouches, il y avait quelque chose ». Jaja est reparti. Plus loin, à l'entrée de Villefranche, Brard n'a pas eu cette chance. Il s'est pris un poteau y a laissé sa clavicule...

Côté course, Sivakov, rejoint par Agnolutto dans sa belle échappée (8'20'' écart maximum à Cordes) a encore essayé pour rien. Les équipiers de Cooke le leader mais aussi les Phonak du bielorusse Usov, futur leader et les Domo ont provoqué un regroupement exploité par Poilvet et Salanson. Poilvet n'a pas digéré la côte de Saint-Joseph et Salanson, héros de la dernière Liège, bien protégé par les Bonjour a tenu. Sous la flamme rouge, il a entendu un hurlement dans l'oreillete. « Putain, Fabrice, tu as gagné!» Un message signé Didier Rous. Le champion de France (comme Moreau, Brochard et Etxebarria) a grapillé 4'' dans le final. Il pense que tout va se jouer dans le chrono d'aujourd'hui. « Ensuite, ça risque d'être bloqué. Les deux dernières journées n'ont pas l'air si dures. Le Saint-Clair c'est une question de secondes, et l'Espérou une année on est arrivé cinquante au sprint ».

Patrick LOUIS (LADEPECHE.fr)

LES CLASSEMENTS

2e étape Carcassonne- Villefranche-de-Rouergue: 1er Fabrice SALANSON (Bonjour) les 205,5 km en 5 h 28'35'' (moy. 37,525 km/h); 2e Usov (Blr/Phonak) à 6''; 3e Ivanov (Fassa Bortolo); 4e Koerts (PB/Domo); 5e TESSIER (Cofidis); 6e BROCHARD (Delatour); 7e Elmiger (Sui/Phonak); 8e Cooke (Aus/FDJ); 9e U. Etxebarria (Ven/Euskaltel); 10e SIMON (Bonjour)... 15e ROUS (Bonjour)... 36e RINERO (Saint- Quentin); 37e VIRENQUE... 39e Armstrong (USA/USP); 40e MONCOUTIE... 46e PORTAL (AG2r)... 53e L. JALABERT... 58e Botcharov (Rus/AG2r)... 73e GOUBERT (Delatour)... 92e N. JALABERT... 100e ASMAKER (CSC-Tiscali) à 2'46''. 121 partants. 109 classés. 12 abandons dont BARTHE (St-Quentin), McGee (FDJ), Montgomery (Fassa Bortolo) et BRARD (C. A).

Vidéo de l'édition 2002 ci-dessous.

Grand Prix du Midi Libre 2002 : Etape 2
Mundo Deportivo.

Mundo Deportivo.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #F.A.B.R.I.C.E.

Repost0

Publié le 14 Février 2016

Liège - Bastogne - Liège 2002

Liège – Bastogne – Liège, le dimanche 21 avril 2002.

Sous des conditions météorologiques très agréables, la course a été animée par le Français Fabrice Salanson (Bonjour) qui s'est échappé pendant plus de 200 km et a émerveillé Eddy Merckx au cours de ce Liège-Bastogne-Liège 2002. Dès le 14ème km, le protégé de Jean-René Bernaudeau sort du peloton après plusieurs attaques successives, il est rapidement rejoint par l'Allemand Andreas Klöden (Team Telekom). Profitant du soleil printanier, le peloton profite des rayons pour lézarder à 30 km de moyenne, l'avance des deux fuyards augmente donc rapidement pour atteindre 22 minutes après 100 km de course.

Liège - Bastogne - Liège 2002 : le résumé de la course

km 0 Départ de Liège en peloton groupé

km 27 Fabrice Salanson (Bonjour) et Andreas Klöden (Telekom), échappés depuis le 13ème kilomètre, comptent vite jusqu'à 3 min 16 d'avance

km 50 Les deux échappés comptent jusqu'à 13 min 33 d'avance sur le peloton

km 80 l'écart est monté à 21 min 30

km 88 L'écart diminue pour la première fois: Le peloton n'est plus qu'à 20 min 50 en entrant dans Bastogne

km 115 Le peloton est pointé à 18 min 40 des deux hommes de tête qui entrent dans Houffalize
km 125 l'écart passe à 16 min

km 154 Au pied de la côte de Wanne, l'écart est de 12 min 40

km 166 En vue de Stavelot, Salanson et Klöeden ont toujours plus de 10 minutes d'avance

km 170 Dans la côte de Stockeu, Salanson attend Klöeden, qui est à la peine. Ils passent ensemble devant la stèle Eddy Merckx. Derrière, les favoris se placent en tête du peloton en abordant cette première grosse difficulté

km 175 Les deux hommes de tête attaquent la côte de Wanneranval, Klöeden est toujours à la peine, une cinquantaine de mètres derrière Salanson. L'écart avec le peloton est désormais de 8 minutes 13.
Johan Museeuw, leader de la Coupe du Monde, abandonne dans la côte de Stockeu

km 175 Salanson a laché Kloeden. Dans le peloton, les Fassa Bortolo et Lance Armstrong sont aux avant-postes

km 180 Le peloton entre dans Trois-Ponts, Bartoli tente de sortir mais est tout de suite repris. 7 coureurs arrivent pourtant à s'en extirper, dont Peron (CSC), Geert Verheyen (Rabobank) et deux coéquipiers d'Armstrong

km 194 Alors que les 7 échappés sont repris avant d'aborder la côte du rosier, Rik Verbrugghe chute, apparemment sans gravité.
Salanson, l'homme de tête est à plus de 6 min

km 196 Christophe Brandt attend Verbrugghe et le ramène dans le peloton. Kloëden est repris.
Salanson a 6 min d'avance.

km 197 Menchov (iBanesto) sort du peloton alors que Frigo, l'un des grand favori semble à la peine

km 202 Avant la côte de la Vecquée, Udo Bölts (Telekom) sort du peloton

km 206 Au pied de la cote de la Vecquée, Le peloton a moins de 5 minutes de retard sur Salanson. Menchov est à 4 min 08, Bölts à 4 min 35 du leader.

km 207 Au sommet de la côte de la Vecquée, Bolts est repris par Garzelli (Mapei), un ancien vainqueur du tour d'Italie et une autre Italien Codol (Lampre). Basso (Fassa Bortolo), Menchov, Bettini, Celestino (Saeco), Baguet, Verheyen, Garate, Kessler, Spezialetti et Moreau (Credit Agricole) se mèlent au trio. Ils sont à 1 min 58 du leader et ont pris 22 secondes sur le peloton.

km 220 Le groupe Bettini est à 39 s du leader et possède 40 secondes d'avance sur le peloton à 3 km de la fameuse côte de la Redoute

km 222 Salanson (Bonjour) est repris après plus de 200 km d'échappée

km 223/Redoute Le peloton est à 44 secondes au pied de la côte. Trentin (Cofidis) sort du peloton. En tête Bolts a du mal à s'accrocher.

km 224/Redoute Baguet s'accroche alors que Menchov est laché. Le peloton explose dans tous les sens.

km 225/Redoute Verbrugghe, Aerts et Merckx tiennent le coup tandis que Boogerd accélère, en tête du groupe de poursuivants

km 227 Les hommes de tête ont 13 secondes d'avance sur un groupe mené par Boogerd et Bruylandts qui ont rejoint les lachés du premier groupe parmi lesquelles figurent Moreau, Verheyen et Baguet.

km 230 Dans la côte de Sprimont on assite à un regroupement, les hommes de tête n'ont plus que 9 secondes d'avance sur le peloton. Bettini profite de ce moment pour attaquer mais est repris par Basso, Codol, Garzelli et Kessler, Celestino et Spezialetti.

km 231 Dans le peloton Oscar Freire, le champion du monde, semble en grande condition, tout comme Merckx, Armstrong et Hincapie

km 233 L'écart est de 14 secondes entre le groupe de tête et les poursuivants

km 236 Sorensen et Astarloa sortent du groupe des poursuivants qui est à 13 secondes des leaders

km 242 Les hommes de tête, en entrant dans Tilff, ont près de 40 secondes d'avance sur le peloton emené par Armstrong. L'écart augmente, faute d'entente dans le peloton.

km 244 Au pied de la côte du Sart-Tilman, l'écart est de 56 secondes. Serge Baguet et Armstrong sont lachés dans le peloton tandis que Spezialetti est laché dans le groupe de tête

km 247 Au sommet du Sart-Tilman, l'écart est passé à une minute

km 253 Au pied de la côte de Saint-Nicolas, la dernière difficulté, l'écart est de 1 min 13.

km 254 Garzelli et Bettini s'échappent, seul Basso semble s'accrocher aux deux coureurs de la Mapei

km 256 Au sommet de la côte de Saint-Nicolas les deux hommes ont 14 secondes d'avance

km 258 Bettini remporte la course devant son coéquipier Garzelli. Basso est troisième, Celestino 4ème, Codol 5ème et Van Petegem est 7ème

Ci-dessous la vidéo de la course :

Liège - Bastogne - Liège 2002
Liège - Bastogne - Liège 2002
Liège - Bastogne - Liège 2002
Liège - Bastogne - Liège 2002
Liège - Bastogne - Liège 2002
Liège - Bastogne - Liège 2002
Liège - Bastogne - Liège 2002
Liège - Bastogne - Liège 2002
Liège - Bastogne - Liège 2002
Liège - Bastogne - Liège 2002
Le Parisien.

Le Parisien.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #F.A.B.R.I.C.E.

Repost0

Publié le 10 Février 2016

Omloop Het Volk 2001.

OMLOOP HET VOLK, le 3 mars 2001.

LOKEREN - L'Italien Michele Bartoli (Mapei) est devenu le septième vainqueur non-belge dans l'histoire du Het Volk, la course d'ouverture de la saison cycliste belge. Bartoli a battu au sprint Hendrik Van Dijck et Mathé Pronk.

A Gand, ils étaient 196 participants au départ pour une distance de 200 km de Gand à Lokeren. La première échappée sérieuse a démarré après seulement 18 km de course, un groupe de tête de huit coureurs, Cuylits, Mattozza, Prétot, SALANSON, Agnolutto, Flickinger, Cortinovis et Radaelli s'est formé avec une avance maximum de plus de quatre minutes.

Après le mur de Grammont (84 km) la course a suivi un nouveau scénario. Ils étaient alors 21 coureurs en tête.

Dans le Molenberg (km 143), on retrouvait une nouvelle échappée composée de onze coureurs, dont Fabrice SALANSON, seul rescapé des huit de la première échappée. Mais il devait plus tard décrocher sur les pavés de la Paddestraat (150 km) du groupe composé de Fabian De Waele, Hendrik Van Dijck, Paul Van Hyfte (tous les trois représentants de Lotto), Didier Rous (Bonjour), Michele Bartoli et Daniele Nardello (Mapei), Avis Piziks (CSC World Online), Pieter Vries (BankGiroLoterij) Maarten Den Bakker et Mathé Pronk (Rabobank).

Malgré d'énormes efforts Peter Van Petegem ne réussit pas à rejoindre le groupe et à quarante kilomètres de l'arrivée, il était clair que le vainqueur se trouvait parmi les dix.

Une attaque de Hendrik Van Dijck dans une section pavée difficile de Laarne a fait éclaté le groupe au détriment de Vries et Rous, mais Bartoli n'a pas cédé et le groupe s'est reformé à huit.

A un peu moins de 40 km de l'arrivée, la sélection était faite : 3 Belges de l'équipe Lotto (De Waele, Van Dijck et Van Hyfte), 2 Italiens de la Mapei (Bartoli et Nardello), 2 Néerlandais de chez Rabobank (Den Bakker et Pronk), ainsi que Piziks, Letton de chez CSC.

Derrière, Tchmil ne s'était pas montré, Van Petegem n'avait pas su accrocher le bon wagon et Museeuw a montré qu'il n'avait pas encore recouvré l'ensemble de ses moyens.

A trois, les Lotto semblaient en mesure de faire remporter l'un des leurs en employant la meilleure tactique, surtout que, sur ce que Van Dijck avait montré il faisait figure de favori.

Mais lorsque Van Hyfte, après avoir tout donné dans le dernier km, lâcha prise, c'est De Waele qui prit le relais. Les Mapei étaient à l'affût et mirent à mal cette tactique trop prévisible : Nardello attaqua, bouleversant complètement les plans des Belges.

Le temps qu'ils en échaffaudent d'autres, Bartoli avait lancé le sprint où il n'était pas vraiment au-dessus du lot. Mais il l'avait entamé à la première place, pour ne plus la quitter. Remportant, ainsi, le Volk pour sa première participation et montrant que sa fracture de la rotule n'était plus qu'un mauvais souvenir.

A seulement 21 ans et pour sa deuxième année pro, Fabrice Salanson avait fait plus de 130 km à l'avant et terminait 23ème à l'arrivée.

Omloop Het Volk 2001.
Omloop Het Volk 2001.
Omloop Het Volk 2001.
Omloop Het Volk 2001.
Omloop Het Volk 2001.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #F.A.B.R.I.C.E.

Repost0

Publié le 26 Janvier 2016

Le Télégramme le 24 février 1999:

Christian Blanchard (Vendée U/Pays de Loire), a remporté hier, devant quatre de ses coéquipiers, la 13e édition du Circuit des plages vendéennes, réunissant les meilleurs amateurs de France, et disputée sur sept épreuves en onze jours, du 13 au 23 février. Classement général final aux points : 1. Christian Blanchard (Vendée U/Pays de Loire) 133 pts ; 2. Sébastien Joly (Vendée U) 92; 3. Sylvain Chavanel (Vendée U) 88; 4. Franck Renier (Vendée U) 86; 5. Fabrice Salanson (Vendée U) 68.

Cette année là, le Vendée U avait dominé l'épreuve comme jamais. Fabrice SALANSON avait remporté deux étapes.

Circuit des Plages Vendéennes du 13 au 23 février 1999 : Circuit des Plages Vendéennes (1) Grues - Grues, 132 km le 13 février 1er Christian Blanchard (Fra) (Vendée U) 2ème Walter Bénéteau (Fra) (Vendée U) 3ème Stéphane Conan (Fra) (UC St-Jean-de-Monts) Circuit des Plages Vendéennes (2) Luçon - Luçon, 133 km le 14 février 1er Sébastien Joly (Fra) (Vendée U) 2ème Christian Blanchard (Fra) (Vendée U) 3ème Walter Bénéteau (Fra) (Vendée U) Circuit des Plages Vendéennes (3) Apremont - Apremont, 144 km le 16 février 1er Fabrice Salanson (Fra) (Vendée U) 2ème Christian Blanchard (Fra) (Vendée U) 3ème Sébastien Joly (Fra) (Vendée U) Circuit des Plages Vendéennes (4) Coëx - Coëx, 141 km le 18 février 1er Gilles Béret (Fra) (Vendée U) 2ème Franck Renier (Fra) (Vendée U) 3ème Walter Bénéteau (Fra) (Vendée U) Circuit des Plages Vendéennes (5) Brétignolles-sur-Mer - Brétignolles-sur-Mer, 156 km le 20 février 1er Sylvain Anquetil (Fra) (US Sainte - Austreberthe Pavilly Barentin) 2ème Franck Renier (Fra) (Vendée U) 3ème Christian Blanchard (Fra) (Vendée U) Circuit des Plages Vendéennes (6) Saint-Jean-de-Monts - Saint-Jean-de-Monts, 158 km le 21 février 1er Sylvain Chavanel (Fra) (Vendée U) 2ème Mickaël Pichon (Fra) (Vendée U) 3ème Richard Hobby (Gbr) (Nantes 44 Cyclisme) Circuit des Plages Vendéennes (7) Notre-Dame-de-Monts - Beauvoir-sur-Mer, 151 km le 23 février 1er Fabrice Salanson (Fra) (Vendée U) 2ème Sébastien Joly (Fra) (Vendée U) 3ème Vincent Marchais (Fra) (Nantes 44 Cyclisme) Classement général final : 1er Christian Blanchard (Fra) (Vendée U) - 133 Pts - 2ème Sébastien Joly (Fra) (Vendée U) - 92 Pts - 3ème Sylvain Chavanel (Fra) (Vendée U) - 88 Pts -

Circuit des plages vendéennes 1999.
Circuit des plages vendéennes 1999.
Chrono des Herbiers 1999.

Chrono des Herbiers 1999.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #F.A.B.R.I.C.E.

Repost0