Etoile de Bessèges 2002 et 2003.

Publié le 21 Janvier 2016

Etoile de Bessèges 2002 et 2003.

En 2002 et 2003, l'étoile de Bessèges se déroulait entre Marseille et Bessèges alors que depuis plusieurs années le tracé est entièrement dessiné dans le gard.

Le 5 février 2003, 1ère étape de l'Etoile de Bessèges :

Au lendemain d'un GP d'Ouverture marqué par la défection assez lamentable du peloton, parvenu à l'arrivée plus d'une demi-heure après les échappés, on attend une course différente sur la 1re étape de l'Etoile de Bessèges, Saint-Cannat (Bouches-du-Rhône)-Sainte-Tulle (Alpes-de-Haute-Provence). Le peloton paraît bien plus soudé que la veille, mais ce n'est qu'une apparence. A 26 km de l'arrivée, profitant de la côte de Pierrevert, l'unique difficulté de la journée, cinq coureurs se propulsent en tête : Fabio Baldato (Alessio), Franck Bouyer, Fabrice Salanson (Brioches La Boulangère), Staf Scheirlinckx (Flanders-iTeamNova) et Mickael Skelde (Team Fakta). Le peloton se déchire. Une vingtaine de coureurs se lancent à la poursuite des cinq échappés. Le reste du peloton demeure insensible : il atteint l'arrivée 13'33" après les premiers.

Baldato, Bouyer, Salanson, Scheirlinckx et Skelde arrivent ensemble à Sainte-Tulle. Ils doivent se départager au sprint, un exercice qu'affectionne tout particulièrement Fabio Baldato. L'Italien de 34 ans fait honneur à ses nouvelles couleurs et devance facilement Bouyer, Skelde, Salanson et Scheirlinckx. Les vingt poursuivants ne cèdent pas plus de deux minutes aux hommes de tête. On retrouve parmi eux Andrea Ferrigato (Alessio), Jo Planckaert (Cofidis), Pierrick Fédrigo (Crédit Agricole), Laurent Lefèvre (Jean Delatour), Frank Hoj (Team Fakta) et Iñigo Chaurreau (Ag2r Prévoyance). Grâce à sa victoire, Fabio Baldato endosse le Maillot Corail de leader.

Le lendemain, le 6 février 2003, dans le final de la deuxième étape, Fabrice Salanson heurte un mur dans la descente du Cap-Canaille, il se retrouve avec une facture de l'Omoplate et deux mois et demi d'arrêt. Il aurait pu faire une belle place au général.

Le 30 mars 2003 : Son état de santé s'améliore de jour en jour, et il a suivi la semaine dernière des séances de rééducation à l'hôpital Saint-Jacques de Nantes. "Après du home-trainer, il a pu refaire des séances de une heure et demi à deux heures sur route, il y a dix jours" indique Thierry Bricaud au journal l'Equipe. Toujours selon son directeur sportif, Fabrice Salanson devrait faire son retour dans les pelotons ou plus tard début mai.

Le jeune Salanson avait pris son mal en patience en attendant sa reprise fin avril au Tour de Vendée.

Ci-dessous, les classements des éditions 2002 et 2003 + un film des étapes de 2002 (dommage, la vidéo n'est pas d'une très bonne qualité).

Les organisateurs vont essayés de retrouver des images de cette époque...

Etoile de Bessèges 2002 et 2003.
Etoile de Bessèges 2002 et 2003.
Etoile de Bessèges 2002 et 2003.
Etoile de Bessèges 2002 et 2003.
Etoile de Bessèges 2002 et 2003.
Etoile de Bessèges 2002 et 2003.
Etoile de Bessèges 2002 et 2003.
Etoile de Bessèges 2002 et 2003.
Etoile de Bessèges 2002 et 2003.
Etoile de Bessèges 2002 et 2003.
Etoile de Bessèges 2002 et 2003.
Départ de l'étape de Nîmes en 2003.

Départ de l'étape de Nîmes en 2003.

Rédigé par Philippe

Publié dans #F.A.B.R.I.C.E.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article